Islande :

Ma première rencontre

avec les aurores boréales

Durant mon dernier voyage en Islande, j'ai eu la chance d'assister pour la toute première fois à ce spectacle spatiale magnifique. Les aurores boréales sont l'un des phénomènes les plus spectaculaires que nous offre cette planète et les émotions qu'elles engendrent sont inexplicables. Entre un mélange d'émerveillement, de fascination et de bouleversement, regarder le ciel se colorer nous rappelle la place minuscule que nous occupons tous dans cet univers, mais également la chance que nous avons de vivre parmi ces forces de la nature. À tous ceux et celles qui rêvent de voir des aurores boréales, il est aujourd'hui possible de prédire leur présence. Il vous suffit simplement d'un certain niveau d'informations et de préparation. Voici quelques conseils qui vous permettront de réaliser ce rêve! 

Pour optimiser votre observation, vous devez vous tenir loin des centres urbains. La lumière des villes génèrent une pollution lumineuse qui camoufle les beautés du ciel. 

Pour arriver à voir ce spectacle de couleurs, il suffit de vous trouver dans un endroit préférablement situé entre le 64e à 87e parallèle nord. La visibilité d'une aurore boréale dépend des prévisions sur l'activité géomagnétique dans votre région. Il vous est possible de les consulter juste ici sur le site du Gouvernement du Canada. Éviter les périodes de pleine lune. La lumière générée par la lune vous empêchera de voir les couleurs maximales des aurores boréales. Finalement, considérant la hauteur moyenne de la formation des nuages, un ciel nuageux annulera complètement votre possibilité d'observer ce phénomène. 

Le saviez-vous?  Les phénomènes auroraux peuvent prendre plusieurs teintes différentes, passant du vert au rose, au rouge et à l'indigo violet. Ces principales couleurs sont à l'origine de l'excitation des molécules d'azote et d'oxygène. L'oxygène émet principalement du vert et du rouge, tandis que l'azote émet du bleu, du rouge et du violet. L'atmosphère a des densités en oxygène et en azote qui varient avec l'altitude, l'oxygène devenant plus dense que l'azote au-dessus de 200 km d'altitude, ce qui explique en partie la prédominance de vert dans les aurores polaires. Excitées, certaines des molécules de diazote interagissent aussi avec l'oxygène, causant une émission additionnelle de vert, ce qui contribue également à la dominance de la couleur verte. L'hélium et l'hydrogène produisent des aurores mauves ou bleues. Enfin, l'énergie du vent solaire joue aussi un rôle dans les couleurs observées.

© 2017 Mia Sarrazin